EST REPUBLICAIN

UNE NOUVELLE BOISSON NÉE À PONTARLIER : “LES LARMES DE LA RUCHE”

lionel-chartier-et-francois-guy-avec-les-premieres-bouteilles-des-larmes-de-la-ruche-photo-df

C’est nouveau, c’est bon, il y a du miel, du rhum et tout ce que l’on a envie d’y sentir. Pour la recette ; Lionel Chartier garde évidemment le mystère complet. Voilà un moment qu’il y pense, qu’il la peaufine, la teste, l’améliore sans cesse.

Lionel Chartier habite dans la région de Vercel depuis cinq ans. Son épouse et lui ont travaillé toute leur vie dans les palaces parisiens et notamment au Ritz. Et puis ils ont décidé de tout plaquer pour venir s’installer avec leurs trois enfants près de Vercel, dans un petit coin de nature assez contrasté avec le monde du luxe parisien.

Lui est devenu apiculteur, il travaille également dans le service.

« Quand j’étais barman au Negresco et puis au Ritz, j’ai essayé beaucoup de cocktails, notamment avec de la Chartreuse, j’adore ça. J’en avais imaginé un, qui est toujours proposé à la carte. Quand j’ai commencé à faire du miel, je me suis dit qu’on pouvait obtenir quelque chose. J’ai trouvé la formule. Une grande marque de rhum m’a même proposé de la racheter. Je n’ai pas voulu ».

Et puis il y a la rencontre avec François Guy, le distillateur de Pontarlier qui importe justement une marque de rhum particulière pour les cocktails. Et l’idée de produire les « Larmes de la Ruche » à Pontarlier est née, tout simplement.

« C’est une boisson qui plaît aux femmes. On a limité volontairement à 30 degrés. C’est assez doux. À la fois comme apéritif et comme digestif. Et elle peut s’utiliser justement en cocktails, à la manière de la Chartreuse ».

Un site internet va très prochainement voir le jour pour présenter le produit. Il contiendra une webcam filmant les ruches de Vercel en direct.

Les premières bouteilles viennent de sortir de la distillerie pontissalienne et se vendent pour l’instant dans les boutiques gastronomiques. Il est fort probable qu’on trouve très vite les « Larmes de la Ruche » au bar du Ritz…

Didier FOHR